Un sot, en amour, va plus vite et plus loin qu’un homme d’esprit

Un sot, en amour, va plus vite et plus loin qu’un homme d’esprit.

Les femmes, en général, sont plus sensibles aux déclarations amoureuses d’un sot qu’à celles d’un homme d’esprit ; car elles se persuadent volontiers que le premier a plus d’amour qu’il n’en exprime, et elles savent très-bien que le second en exprime toujours plus qu’il n’en a. La difficulté de l’un à s’expliquer passe à leurs yeux pour l’effet d’un saisissement produit par leurs charmes, et leur amour-propre en est infiniment touché, tandis que la facilité de l’autre à débiter de galants propos où l’art se montre plus que le naturel, où l’imagination a plus de part que le cœur, les avertit qu’il joue un personnage qui cherche à leur en imposer, et qu’elles doivent se défier de lui. Elles peuvent être déçues par les illusions qu’elles se font elles-mêmes, mais elles ne sont presque jamais dupes des beaux diseurs. Au reste, il est tout simple que celui à qui la parole fait défaut leur paraisse plus amoureux que celui qui parle beaucoup. L’amour muet n’est-il pas le moins menteur ?

Un autre motif qui les porte également à préférer le sot à l’homme d’esprit, c’est qu’elles le supposent plus maniable et se flattent de le gouverner plus aisément .

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.