Un mari doit se faire annoncer quand il rentre chez lui.

Ajouter un commentaire

Un mari doit se faire annoncer quand il rentre chez lui.

C’est ce que faisaient autrefois, à Rome, les maris qui se piquaient de savoir vivre, et voici l’explication que Plutarque a donnée de leur conduite dans la ixe de ses Demandes des Choses romaines : Pourquoi est-ce que, quand ils retournent d’un voyage lointain au pays ou seulement des champs à la ville, s’ils ont leurs femmes à la maison, ils envoient devant pour faire savoir leur arrivée? est-ce point pour leur donner assurance qu’ils ne veulent rien faire finement ni malicieusement envers elles, car arriver soudainement à l’impromptu est une manière d’aguet et de surprise : ou bien parce qu’ils se hâtent de leur envoyer donner une bonne nouvelle de leur venue comme se tenants pour asseurés qu’elles les attendent et les désirent : ou plutôt pour ce que eux-mêmes désirent savoir de leurs nouvelles, si ils les trouveront saines et attendants à grand dévotion leur retour : ou pourceque les femmes ont plusieurs petits négoces ou besognes à la maison, pendant que leurs maris n’y sont pas, et bien souvent de petites hargnes et querelles à l’encontre de leurs domestiques servants ou servantes, afin doneques qu’ostant toutes ces petites fascheries là elles fassent un recueil gracieux et paisible à leurs maris, ils leur envoient devant faire tel avertissement. (Traduction d’Amyot.)

De là est venu très-probablement notre proverbe; mais il a bien changé sur la route, car l’application qu’on en fait aujourd’hui ne s’accorde plus avec aucune des honnêtes raisons données par Plutarque. Il s’emploie pour faire entendre à quel inconvénient s’expose le mari absent qui revient au logis sans avoir pris la précaution indiquée. Le vieux poète Coquillart (Droitz nouveaux, ch. vu, De înjuriis) conseillait à ce benêt de mari de faire du bruit en rentrant, de crier : Quel est céans ? de ne point se fâcher s’il trouvait sa femme sur le fait, et de se contenter de lui dire :

Au moins deviez vous l’huys serrer.
S’il fust venu des aultres gens !

On attribue un trait tout à fait pareil à un grand seigneur du temps de la Régence. Ce personnage étant entré indiscrètement dans la chambre de sa femme pendant qu’elle était en conversation criminelle, comme disent les Anglais par euphémisme, se retira en s’écriant : Eh! madame, que ne fermiez-vous la porte? Tout autre que moi aurait pu vous surprendre. »

Laisser une réponse