Sers ton mari comme ton maître

Ajouter un commentaire

Sers ton mari comme ton maître.
Et t’en garde comme d’un traître.

Ce distique proverbial, à l’usage des épouses mécontentes, qui le proposent comme principe de leur tactique conjugale, a été cité par Montaigne dans un passage de ses Essais, liv. III, ch. v, où il reproche aux hommes comme aux femmes de ne pas tenir assez de compte des devoirs du mariage. Voici les principaux traits de ce passage : « Il n’est plus temps de regimber, quand on s’est laissé entraver : il  fault prudemment mesnager sa liberté ; mais depuis qu’on s’est soubmis à l’obligation, il s’y fault tenir soubz les loix du debvoir commun, au moins s’en efforcer. Ceulx qui entreprennent ce marché, « pour s’y porter avecques hayne et mespris, font injustement et incommodément : et cette belle  règle, que je veois passer de main en main entre elles, comme un saint oracle,

Sers ton mary comme ton maistre,
Et t’en garde comme d’un traistre.

Laisser une réponse