Qui sa femme n’honore, Lui-même se déshonore.

Qui sa femme n’honore,
Lui-même se déshonore.

Il faut avoir pour sa femme une tendresse décente et respectueuse, une considération bienveillante et soutenue; car l’honneur d’une femme est, en grande partie, l’ouvrage de son mari; et celui qui, violant ces devoirs, fait déchoir la sienne du rang moral qu’elle doit occuper, se flétrit et se dégrade lui-même.

On emploie dans un sens analogue cet autre proverbe beaucoup plus usité : C’est un vilain oiseau que celui qui salit son nid.

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.