On ne peut dire ami celui avec qui on n’a pas mangé quelques minois de sel

On ne peut dire ami celui avec qui on n’a pas mangé quelques minois de sel.

Aristote et Plutarque se sont servis de ce proverbe, dont le sens est que l’amitié ne peut se former subitement et qu’elle a besoin d’être confirmée par le temps. « Semblable au vin généreux dont les années augmentent le prix, dit Cicéron, plus elle est vieille, plus elle est parfaite, et c’est avec raison qu’on  pense qu’il faut manger ensemble plusieurs boisseaux de sel pour consommer l’amitié. » Verum illud est, quod dicitur, multos modios salis simul edendos esse ut amicitix munus expletum sit (Cic., de Amicitia xix).

L’amitié est aussi comparée au vin dans l’Ecclésiastique : Vinum novum amicus novus : veterascet et cum jucunditute bibes illud (ix, 15). c Le nouvel ami est un vin nouveau : il vieillira et tu le boiras avec délices. »

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.