On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de la tombe on se retourne pour regarder en arrière

Ajouter un commentaire

Perdican : […] On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de la tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : « J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui ». (Il sort.)

Alfred de Musset

  • Cet extrait de la tirade de Perdican semble être tirée de la correspondance entre Musset et George Sand, d’après Paul de Musset, son frère.

On ne badine pas avec l’amour, Alfred de Musset, éd. Bordas, 1995 (ISBN 2-04-028166-5), acte II, scène 5, p. 67

Laisser une réponse