Le luth d’Héliette de Vivonne

Le Luth

Pour le plus doux ebast que je puisse choisir,

Souvent, après disner, craignant qu’il ne m’ennuye,

Je prends le manche en main, je le taste et manie,

Tant qu’il soit en estat de me donner plaisir.

Sur mon lict je me jette, et, sans m’en dessaisir,

Je l’estrains de mes bras et sur moy je l’apuye,

Et, remuant bien fort, d’aise toute ravie,

Entre mille douceurs j’accomplis mon désir.

S’il avient, par malheur quelquefois qu’il se lasche,

De la main je le dresse, et, derechef, je tasche

Au jouir du plaisir d’un si doux maniment :

Ainsi, mon bien aymé, tant que le nerf luy tire,

Me contemple et me plaist, puis de luy, doucement,

Lasse et non assouvie en fin je me retire.

Héliette de VIVONNE

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.