L’amour et la crainte ne mangent pas à la même écuelle

L’amour et la crainte ne mangent pas à la même écuelle.

L’amour et la crainte sont deux sentiments incompatibles, et, quand une personne inspire l’un, elle ne saurait inspirer l’autre. — 1l faut remarquer dans ce proverbe l’expression manger à la même écuelle, qui rappelle un usage introduit au temps de la chevalerie, où la galanterie avait imaginé de placer à table les convives par couple, homme et femme. « La politesse et l’habileté des maîtresses de maison consistaient alors, dit le Grand d’Aussy, à « savoir bien assortir les couples qui n’avaient qu’une assiette commune, ce qui s’appelait manger à la même écuelle. »—L’expression, détournée du sens propre au figuré s’employa pour marquer une liaison amoureuse. — Elle servit aussi à caractériser l’intimité des relations amicales. Une des plus grandes preuves de confiance qu’un roi pût autrefois donner à un de ses ministres consistait à manger avec lui à la même écuelle.

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.