L’amour est le frère de la guerre

L’amour est le frère de la guerre.

C’est-à-dire que l’amour et la guerre se ressemblent sous beaucoup de rapports : l’un et l’autre ont leurs combats qui se renouvellent chaque jour, avec une tactique à peu près pareille, pour obtenir une victoire suivie d’une trêve plus ou moins longue, après laquelle une autre lutte recommence. Écoutez l’éternelle chanson des poètes érotiques ; vous croirez par moments entendre un chant guerrier : la plupart des termes caractéristiques en sont militaires. Blessé, blessure, vaincu, vainqueur, victoire, triomphe, chaîne, conquête, etc.

Ovide a dit, dans le second livre de L’Art d’aimer : « L’amour est une sorte de guerre, » Militix species amor est; et dans la neuvième élégie du premier livre des Amours : •

Militat omnis amans, et habet sua castra Cupido.
« Tout amant est soldat, et l’Amour a ses camps. »

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.