La femme est le savon de l’homme

La femme est le savon de l’homme.

La femme nettoie l’homme de bien des défauts : elle le corrige de ses instincts grossiers et le décore d’une foule de qualités aimables, dans cet âge surtout où il est porté, par le plus doux des penchants, à lui offrir les prémices de son cœur. C’est elle dont l’heureuse influence l’initie aux manières polies, aux mœurs courtoises, et fait prendre quelquefois à son caractère sa forme la plus épurée. Tel qui se distingue par l’élévation de ses sentiments n’aurait peut-être jamais eu qu’une âme commune, si le désir de plaire aux femmes n’avait éveillé son amour propre et ne lui avait donné ce relief de noblesse et d’urbanité qui manifeste, en traits charmants comme elles, le merveilleux changement qu’elles ont opéré dans sa nature. Voir le proverbe : Sans les femmes, les hommes seraient des ours mal léchés

On dit quelquefois dans le même sens : la femme est une savonnette à vilain ; ce qui est une extension donnée à l’expression savonnette à vilain, par laquelle on désignait, avant la révolution de 1789, une charge qui anoblissait et qui lavait, pour ainsi dire, de la roture celui à qui elle était concédée à prix d’argent. Il y avait alors en France une quantité considérable de ces vilains décrassés.

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.