La connaissance d’un être est un sentiment négatif : le sentiment positif, la réalité, c’est l’angoisse d’être toujours étranger à ce qu’on aime

Ajouter un commentaire

Gisors : La connaissance d’un être est un sentiment négatif : le sentiment positif, la réalité, c’est l’angoisse d’être toujours étranger à ce qu’on aime.

André Malraux

  • La Condition humaine (1933), Malraux, éd. Galimard, coll. Folio, 1997 (ISBN 2-07-036001-6), p. 226

Laisser une réponse