Il ne faut pas découvrir le pot aux roses

Il ne faut pas découvrir le pot aux roses.

C’est-à-dire les choses qu’on veut tenir secrètes, et particulièrement les mystères de la galanterie ou de l’amour.

La rose, dont le Tasse a dit d’une manière si charmante : Quanta si mostra men, tanto e più bella, « Moins elle se montre, plus elle est belle, la rose c’était dans l’antiquité le symbole de la discrétion, et la riante mythologie avait consacré cette idée en racontant que l’amour avait fait présent de la première rose qui parut sur la terre à Harpocrale, dieu du silence, pour l’engager à cacher les faiblesses de Vénus. De même que la rose a son bouton enveloppé de ses feuilles, on voulait que la bouche gardât la langue captive sous les lèvres . Quand on faisait une confidence à quelqu’un, on avait soin de lui offrir une rose comme une recommandation expresse de respecter les secrets dont il devenait dépositaire. Cette fleur figurait surtout dans les festins : tressée en guirlandes destinées à couronner le front et la coupe des convives, ou placée par bouquets sous leurs yeux, elle servait à leur rappeler que les doux épanchements nés de la liberté qui régne dans les banquets doivent toujours être sacrés. Nos bons aïeux avaient adopté cet aimable usage, qu’ils rendaient plus significatif encore en exposant sur la table un vase de roses sous un couvercle, et le proverbe est venu de cet usage, qui n’est peut-être pas entièrement tombé en désuétude, car des personnes dignes de foi m’ont assuré l’avoir vu, et moi-même j’en ai été témoin dans une petite ville du département de l’Aveyron.

Les Allemands, pour recommander de ne pas trahir une confidence, se servent de la formule suivante : Ceci est dit sous la rose.

Cette formule est également familière aux Anglais, et voici comme elle a été expliquée par Newton dans l’Herbier de la Bible, p. 233-254 : « Quand « d’aimables et gais compagnons se réunissent pour faire bonne chère, ils conviennent qu’aucun des joyeux propos tenus pendant le repas ne sera divulgué, et la phrase qu’ils emploient pour garantie « de leur convention est que tous ces propos doivent être considérés comme tenus sous la rose car ils ont coutume de suspendre une rose au-dessus de la tabie, afin de rappeler à la compagnie l’obligation du secret. »

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.