Il faut aimer la vie, et travailler pour qu’elle aime chacun de nous

Ajouter un commentaire

— Mon enfant, il faut aimer la vie, et travailler pour qu’elle aime chacun de nous. Et si nous la trouvons mauvaise et dure, il faut l’aimer cependant, et la réaliser meilleure, non par le désespoir et la violence, mais par le travail. C’est ce que les meilleurs d’entre nous comprennent spontanément. Ils aiment naturellement le travail, l’action, la pensée ; ils sont nés les bons ouvriers robustes, prêts à la tâche, qui sauront souffrir et travailler seuls. Mais aux plus faibles pour les gagner au devoir de vivre, à la joie de vivre, il faut le bonheur, l’amour, la paix au cœur, le charme continu des présences douces. Ce que je dis est vrai de toutes les faiblesses, et il n’est pas un de nous qui, à certaines heures, ne soit un faible à son tour. C’est pourquoi l’avenir, à qui incombent tant de grandes tâches, qui doit réaliser la paix du travail, l’équité laborieuse, devra, peut-être avant toute chose, assurer toute sa liberté à l’amour.

Léon Blum

  • Nouvelles conversations de Goethe avec Eckermann, Léon Blum, éd. Gallimard, 1937, 9 avril 1898, p. 74 (voir la fiche de référence de l’œuvre)

Laisser une réponse