Il est un Dieu pour les amants

Il est un Dieu pour les amants.

De même que pour les fous, les enfants et les ivrognes, parce que les amants, non moins exposés que ces trois espèces d’individus à une foule d’accidents funestes, y échappent comme eux par un bonheur inespéré qu’on prend pour l’effet, d’une protection spéciale du ciel. C’est de l’antiquité païenne qu’est venue cette idée proverbiale de l’intervention d’un dieu qui les préserve des dangers dont ils sont menacés. Elle se trouve exprimée dans la vingt-neuvième élégie du second livre de Properce. Ce poëte suppose qu’un amant est à l’abri du péril sous la garde des immortels, que la douleur d’être abandonné de l’objet de son amour peut seule lui donner la mort, et même que, si la douce présence de sa maîtresse venait le rappeler à la vie, fût-il déjà descendu dans la barque infernale, l’immuable Destin ne l’empêcherait pas de revoir la lumière.

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.