Fou est le jaloux qui tente de garder sa femme

Fou est le jaloux qui tente de garder sa femme.

Le conte suivant, rapporté avec quelques variantes de détail dans plusieurs recueils étrangers, notamment dans les Veillées allemandes de Grimm, démontre fort bien l’extrême difficulté de garder une femme.

Un homme, qui se défiait de la fidélité de la sienne, appela un démon familier de sa connaissance et lui dit : « Mon bon ami, je vais faire un voyage, et je veux te confier la garde de mon honneur conjugal, pendant mon absence. Me promets-tu de ne laisser approcher aucun galant de ma maison ? — Volontiers, » répondit le diable, ne prévoyant pas à quelle rude corvée il s’engageait; et le mari se mit en route, un peu rassuré sur les craintes dont il était assiégé. Mais il sortait à peine de la ville, que sa femme, pressée de se donner du bon temps avec ses amoureux, les avait déjà invités à venir tour à tour auprès d’elle. Le fidèle gardien chercha d’abord à faire manquer ces rendez-vous par toute sorte d’artifices. Bientôt après, sentant que son génie inventif n’y suffirait point, il entra en fureur et jura de traiter sans pitié tous les imprudents qui s’obstineraient à le contrarier. En effet, il assomma le premier qu’il surprit, noya le second dans une mare, enterra le troisième sous un tas de fumier, fit sauter le quatrième parla fenêtre, etc., etc., etc. Cependant la dame était sur le point de tromper sa vigilance, lorsque le mari revint. « Ami, lui dit le diable tout essoufflé de fatigue, reprends la garde de ton logis; je te rends ta femme telle que tu me l’as laissée : mais, à l’avenir, choisis un autre surveillant ; je ne veux plus l’être, j’aimerais mieux garder tous les pourceaux de la forêt Noire que de forcer une femme d’être fidèle malgré sa volonté. »

Les Provençaux disent :  « Il vaudrait mieux tenir un panier de souris qu’une fille de vingt ans. »

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.