Amours qui commencent par anneaux finissent souvent par couteaux

Amours qui commencent par anneaux finissent souvent par couteaux.

Les mariages d’inclination sont rarement heureux, parce qu’ils sont presque toujours mal assortis. La passion qui porte seule à les contracter ne permet pas de voir les incompatibilités de caractère qui devraient les empêcher. Mais ces incompatibilités, se découvrant et se faisant sentir à mesure que celte passion diminue, les deux époux en viennent bientôt à se détester aussi cordialement qu’ils s’étaient aimés.

Les Provençaux ont ce proverbe très expressif : Qui d’amour si prend d’enrabi si quitte. « Qui se prend avec amour se quitte avec rage. »

Il y a très-peu d’exemples d’une alliance prospère qui ait été contractée dans l’ivresse de l’amour. Le dégoût survient, et à sa suite le cortège des ennuis, des repentirs, des tracasseries et des querelles.

« J’ai vu bien des mariages où l’on commençait par ressentir une telle passion, que l’on aurait voulu se manger mutuellement : au bout de six mois, on était séparé. » (Luther, Propos de table.)

Give a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.